Faustin Archange TouaderaLe président centrafricain, Faustin-Archange Touadera a proposé un référendum constitutionnel au nom des «aspirations du peuple».

En République centrafricaine, le projet

de révision constitutionnel n’est plus tabou. Dans un discours à la nation, le président Touadera s’est dit favorable au projet, estimant qu’il s’agisse d’une aspiration du peuple centrafricain. «Depuis le dialogue républicain, en mars dernier, de plus en plus de voix s’élèvent pour exiger la révision», a déclaré le président.

«Notre corpus juridique n’est pas immuable. Il doit s’adapter aux évolutions sociales, politiques, techniques et environnementales tant nationales qu’internationales. La représentation nationale s’est montrée sensible aux aspirations profondes du peuple manifestées à travers des pétitions et marches de soutien», c’est donc pour cela que l’Assemblée «a demandé au gouvernement de déclencher la procédure du référendum».

«Je ne ferai rien sans la volonté du peuple détenteur de la souveraineté nationale, ajoute Faustin-Archange Touadéra, cependant, je ne saurais demeurer indifférent aux cris de cœurs de mon peuple qui est dépositaire par excellence du pouvoir souverain. Je vous ai écouté. Je prends acte de vos sollicitations pressantes qui me sont parvenues de partout réclamant une nouvelle Constitution», a poursuivi le dirigeant.

A Bangui, le projet fait grand bruit. L’universitaire qui vient d’être réélu pour un second mandat est soupçonnée de baliser le terrain pour un troisième mandat. Les partis d’opposition ont lancé une coalition afin de faire barrage à tout projet ouvrant la voie à un troisième mandat illégal.

©actucameroun.com