Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli a rejeté en bloc les accusations de

favoritisme et de népotisme dans le processus de recrutement qui fait grand bruit.

Face au tollé général suscité par le processus de la recrutement à la BEAC, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli a pris la parole. Dans une interview à Jeune Afrique, le tchadien à la tête de cette institution financière sous-régionale a rejeté en bloc les accusations de népotisme et de favoritisme.

« Je rejette tout cela en bloc…. À ce jour, je suis – et je tiens vraiment à le préciser – le seul gouverneur qui n’a ni parent, ni neveu, ni cousin dans l’une ou l’autre des catégories de personnel. J’insiste sur ce point. Je n’ai rien à me reprocher. J’arrive à la fin de mon mandat et ce n’est pas maintenant que je vais compromettre toute une carrière que j’ai jusqu’ici gérée avec éthique et déontologie« , a déclaré le neveu du défunt Maréchal du Tchad.

Cependant, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli avoue avoir des candidats qui lui sont parentés dans la liste des admis aux épreuves écrites. « C’est vrai que certains me sont apparentés. Mais la personne qui porte le même patronyme que moi est arrivée premier dans sa discipline, parmi les candidats tchadiens. Il y a véritablement une cabale derrière tout cela. Il faut savoir raison garder en attendant la fin du processus. Le conseil appréciera s’il faut ou non faire la lumière sur cette affaire pour restaurer la crédibilité des uns et des autres« , a-t-il préconisé.

©actucameroun.com