Au Burkina Faso, 35 ans après les faits, le verdict du procès de l’assassinat de Thomas Sankara a été rendu, hier mercredi 6 avril, par le tribunal militaire de Ouagadougou. Le 15 octobre 1987, le père de la

révolution burkinabè était assassiné, avec 12 de ses collaborateurs, au Conseil de l’entente, siège du pouvoir révolutionnaire. Son meilleur ami, Blaise Compaoré, qui lui succédera à la présidence, Hyacinthe Kafando -chef de la sécurité de Blaise Compaoré- et le général Gilbert Diendéré alors responsable de la sécurité du Conseil de l’entente, ont été condamnés à la prison à perpétuité. Il aura fallu 25 ans de bataille judiciaire, six mois de procès et plus de 110 témoignages pour obtenir ce verdict. Un moment historique pour Mariam Sankara, la veuve de l’ancien président.

©rfi.fr